Visite du Struthof

Le 3 mars 2017, les élèves de 3ème 2 sont allés visiter le KL-Natzweiler Struthof, ancien camp de travail de la seconde Guerre Mondiale.

Nous avons tout d’abord pris le bus jusqu’à la gare de Rothau, où nous avons pu apprendre comment les déportés étaient traités à la sortie du train, puis nous avons emprunté le chemin par lequel les déportés étaient emmenés jusqu’au camp. Le chemin était long et pour certains épuisant, mais nous avons fait de nombreuses haltes pour découvrir, le long du trajet, différents panneaux présentant des témoignages de déportés et racontant de la vie au camp.

Une fois arrivés, nous avons été surpris par la porte, qui ressemble à celle d’un zoo, et par le camp, entouré de grillage et de barbelés, ainsi que de miradors destiné à surveiller les déportés et à tuer ceux qui essayaient de s’échapper. Nous avons visité différentes baraques dans lesquelles les déportés étaient entassés, et nous avons vu la salle d’expériences avec la table sur laquelle les médecins nazis expérimentaient des procédés sur les déportés, qui en mouraient la plupart du temps.

Lorsque les déportés désobéissaient aux ordres nazis, ils étaient enfermés dans des petites pièces ressemblant à des cages pendant trois jours, ou alors, ils étaient condamnés à 20 ou 30 coups de bâton sur le chevalet de bastonnade. Ils étaient allongés sur le ventre, leurs jambes étaient bloqués et les nazis frappaient sur leurs reins : ils s’évanouissaient souvent après 25 coups. Nous avons aussi visité ce qui reste de l’ancienne chambre à gaz et le musée qui retrace l’histoire du camp.

Le mot qui revient le plus chez les élèves de 3ème 2 pour décrire cette journée est « émouvante ». D’autres la disent « choquante », « intéressante », « à vivre une fois dans sa vie » ou encore « enrichissante », « solennelle » ou « passionnante », et pour certains, c’est même un « devoir de mémoire ».

Ce fut en effet une journée riche en émotions, peut-être difficile à vivre pour certains, mais pourtant nécessaire à vivre. Elle nous a permis de mettre des images concrètes sur des réalités historiques qui semblent lointaines mais qu’il ne faut pas oublier.

Hélène Gabel et Charline Rudloff, 3e2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :