Un métier : assistante maternelle

Dans le cadre de l’EPI « Monde économique et professionnel » et du « parcours avenir », nous avons interrogé Anne, une assistante maternelle qui travaille au sein de la Maison d’Assistants Maternels du village de Dahlenheim.

Son métier consiste à garder et s’occuper d’enfants dans la Maison d’Assistants Maternels (MAM) qu’elle a créée elle-même. Sa MAM est une structure adaptée aux enfants, gérée par des assistants maternels, dans un local mis à disposition par la commune. En quelque sorte c’est une « micro-crèche » gérée par des assistants maternels.

Anne a un bac D (biologie) et un BTS de commercialisation des vins et spiritueux, rien à voir avec son métier actuel. Après avoir travaillé 10 ans sur l’exploitation viticole de sa famille, elle a pris un congé parental (qui a duré 5 ans avec l’arrivée d’un troisième enfant). Elle a ensuite travaillé 1 an à l’ABRAPA (aide à domicile chez les personnes âgées), puis suivi la formation pour être assistante maternelle et a passé le CAP petite enfance par la Validation des Acquis et de l’Expérience (VAE), pour obtenir un diplôme en rapport avec ce métier, bien que ce ne soit pas nécessaire.

Elle nous a expliqué que, pour pouvoir exercer ce métier, 120 heures de formation sont à valider, ainsi que l’obtention du brevet de secourisme.

Elle a exercé à son domicile pendant environ 6 ans, jusqu’en décembre 2016, avant d’intégrer la MAM.

La patience et la diplomatie sont des qualités indispensables à la pratique de ce métier. « La patience envers les enfants, et la diplomatie avec les parents » dit-elle en riant. S’occuper d’enfants est une grande responsabilité, il faut donc être vigilent. Il faut de la douceur, mais également de la fermeté. Les assistants maternels sont là pour leur apprendre à grandir et à devenir autonome.

Elle nous a expliqué qu’elle avait choisi ce métier parce que les enfants la passionnaient. « Les enfants sont natures, ils apportent la vie, ils n’ont pas d’a priori, sont tous différents », ce qui l’oblige à s’adapter à chacun d’entre eux. Elle aime les voir grandir, les observer, les aider à devenir autonome et à évoluer, chacun à leur rythme. Elle aime son métier parce qu’il n’y a pas de routine, chaque jour est différent. Elle peut organiser sa journée comme elle l’entend, en respectant le souhait des parents et le rythme de l’enfant. Elle aime tout dans son métier !

Voici une de ses journées types :

Le matin elle arrive vers 7h45 sur son lieu de travail. Vers 7h55 elle accueille les premiers enfants. Ensuite vers 8h10 elle dépose les enfants scolarisés afin qu’ils prennent le bus pour rejoindre leur école. Dans la matinée il y a mise en place d’activités, de jeux pour les enfants non scolarisés, et la préparation du repas. A 11h40 elle récupère les enfants scolarisés au bus. A midi repas, vers 13h30 les enfants vont à la sieste. Pendant ce temps, elle prépare les activités de l‘après-midi, ou alors elle s’occupe de l’administratif. Vers 16h les enfants se réveillent et prennent un goûter. Le goûter terminé, les enfants font des activités, des jeux ou des sorties (aire de jeu, promenades…)…

Vers 17h30 c’est le départ des premiers enfants et cela jusqu’à 18h30.

Actuellement, elle travaille de 7h45 à 18h30 le lundi, mardi, jeudi et vendredi et elle travaille environ 43 heures en tout. Elle est payée environ 4€ de l’heure et par enfant.

La MAM de Dahlenheim peut accueillir 16 enfants pour un maximum de 4 assistants maternels, soit 4 enfants par assistants maternels. Pour le moment, elles ne sont que deux assistantes maternelles, et un assistant maternel viendra les rejoindre au courant du mois de mars. Il y a de plus en plus d’hommes qui exercent ce métier.

La tranche d’âge des enfants qu’elle garde varie en fonction des contrats. La MAM accueille des enfants de 0 à 6 ans. Actuellement, elle garde un enfant de 17 mois, un autre enfant de 19 mois et deux enfants de trois et quatre ans.

Elle a ajouté qu’elle fait un métier passionnant, et qu’elle est très fière et heureuse de l’exercer.

Nous remercions Anne de s’être prêtée à cet exercice et d’avoir bien voulu partager son expérience.

Théophile et Auguste, 3ème 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :