Profession éditeur

Nous avons, le 10 janvier dernier, interviewé Monsieur Trichter qui travaille aux Editions du Signe. Il a évoqué avec nous son cursus scolaire et son parcours professionnel. C’est avec beaucoup d’amabilité qu’il a accepté de répondre à nos questions diverses et variées.

Monsieur Trichter a reçu une éducation ordinaire, dans un établissement de la banlieue de Strasbourg. Il a étudié jusqu’au Bac, avant de décrocher de ses études pour enchaîner des emplois précaires. Il a travaillé en tant qu’électricien, puis comme agent d’entretien dans une galerie d’art bas-rhinoise, il a été stagiaire chez un antiquaire strasbourgeois et a même été fleuriste. Sa curiosité sans limite lui a permis de découvrir sa véritable vocation. En effet, après un entretien avec une de ses connaissances éloignées, il a découvert son métier actuel : éditeur aux Editions du Signe, une maison très connue en France comme à l’étranger.

La culture et la religion sont ses principaux centres d’intérêt. Passionné par le contact humain, il eut très tôt l’opportunité de découvrir ces univers et leurs différentes facettes et il est entouré d’amis animés par les mêmes passions. Sa profession consiste essentiellement à chercher de clients, auxquels il soumet les nouveaux ouvrages. Entièrement libre dans ses déplacements, il apprécie beaucoup la dimension multiculturelle de sa tâche. Sa passion n’ayant pas de frontières, il s’éloigne souvent des bureaux d’Eckbolsheim.

Passionné par son métier, il admire notamment la cathédrale de Strasbourg, sujet de plusieurs ouvrages sur lesquels il a travaillé. Cette admiration pour le patrimoine est commune à tous les membres de son équipe, tous sans exception habités par le goût du partage et de la transmission. Il se voit comme une sorte de Léonard de Vinci du livre : un innovateur. Il réalise les idées et les ébauches des clients. Le client propose, son rôle est d’innover, c’est-à-dire « se servir de l’ancien pour créer du nouveau, se débarrasser du lourd pour inventer le léger ». C’est comme cela que les Editions du Signe ont su « rafraichir » des sujets à peine ou très médiocrement abordés jusque-là, souvent des sujets historiques, culturels, relatant le destin de personnages célèbres ou encore les mille et unes vies de divers monuments patrimoniaux.

« Il n’existe aucune limite », remarque-t-il, et les Editions du Signe, généralement centrées sur le patrimoine religieux français, s’aventurent aussi bien du côté de la bande dessinée que du livre traditionnel. Il nous confie que sa passion sans borne ne sera jamais rassasiée car ce milieu ne cesse de l’émerveiller.

Sa vision du livre mêle des aspects classiques et futuristes. Il voit des livres pour chacun ; ne distinguant personne pour sa culture ou pour ses croyances. Il ne croit en rien d’autre qu’au renouveau et à l’humanisme. Il attache de l’importance au livre en tant qu’objet, mais ne doute pas de l’importance du numérique ; il ne craint donc en aucun cas la révolution technologique qui s’accomplit.

Angela, Salomé et Noé de 3ème1 et 3ème2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :