Entretien avec Sandrine Pfalzgraf, fleuriste

Interview de Madame Sandrine Pfalzgraf, gérante d’une enseigne de fleurs à Marlenheim. Elle nous entraîne dans son beau magasin floral et nous présente les magnifiques fleurs qui colorent toute la boutique : Tulipes, roses, orchidées… Nous nous posons sur l’îlot central pour commencer l’interview :

– Mme Pfalzfgraf, quel parcours avez-vous suivi ?

J’ai suivi un CAP fleuriste au lycée à Strasbourg et ensuite un BP de fleuriste, de deux ans chacun. Ces deux formations se sont faites en alternance, avec environ les trois-quarts du temps passés en entreprise.

– Dans quelle matière scolaire faut-il être bon ?

En sortant de troisième, les matières liées au français, aux mathématiques, à l’histoire sont assez faciles donc il ne faut pas vraiment être doué dans une matière plus que dans une autre. Par contre, il est nécessaire d’être manuel et surtout d’être passionné par tout ce qui touche aux fleurs.

– Pourquoi avez-vous décidé de faire ce métier ?

Il faut dire que j’étais toujours avec ma maman qui avait le magasin avant moi, et donc déjà dès le premier âge, je savais que je voulais faire ce métier car j’aimais faire plaisir aux gens en composant leur bouquet.

– Quels sont les inconvénients de votre métier ?

Il y a déjà les horaires étendus et on doit travailler le week-end, samedi et même dimanche matin. Il faut donc beaucoup travailler et être motivé. Ensuite, le travail debout est difficile, ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir rester en position debout et immobile toute une journée.

– Qu’est- ce que vous aimez dans ce métier ?

Je suis une vraie passionnée et je suis prête à faire tout ce qu’il faut et même, mettre les mains et même les pieds dans la boue. Ça, c’est mon métier.

– Quels sont les risques de votre métier ?

Se couper, ou s’agrafer le doigt. Le plus douloureux, c’est quand on s’agrafe l’ongle devant les clients et que tu ne dois pas montrer que tu as mal même si tu souffres intérieurement.

– Les horaires de travail sont-ils toujours les mêmes ?

Oui, les horaires d’ouverture sont toujours les mêmes sauf que je travaille plus tard le soir, en fonction des gens que j’ai eu à servir. Après ma journée de travail, je prépare encore les fleurs et compositions florales moi-même pour le lendemain selon les commandes.

– Avez-vous des concurrents ?

Plusieurs, et il faut essayer de se différencier d’eux. J’en ai un principal sur Marlenheim et d’autres sur des villages aux alentours.

– Quels sont vos objectifs ?

Mon objectif est d’être à l’écoute et de satisfaire les clients.

– Quelles sont les qualités à avoir pour ce métier ?

Il faut d’abord aimer les gens et aimer travailler avec ses mains.

– Ce métier s’exerce t-il en dehors du magasin ?

Oui, car je dois livrer des fleurs pour des événements (naissance mariage et décès).

– Quelle est la fleur préférée des français ?

La fleur préférée des français est bien entendu la rose, c’est comme ça dans notre culture depuis toujours. Par contre, pour ton information, la fleur préférée des américains est le chrysanthème.

Un grand merci à Madame Sandrine Pfalzgraf d’avoir répondu à mes questions.

Chris-Line SORARU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :