Entretien avec Sylvie Michel, informaticienne au siège de Puma France

Dans le cadre d’un « EPI » et du « parcours avenir », nous avons rencontré Sylvie Michel, informaticienne au siège de Puma France.

Pierre Halm : Comment vous appelez vous ? Et quel âge avez-vous ?

Sylvie Michel : Je m’appelle Sylvie Michel et j’ai 45 ans.

Yohann Felder : Quel type de métier exercez-vous ?

SM : Je suis informaticienne.

PH : Quelles études avez-vous effectuées ?

SM : J’ai d’abord fait un bac G2 de comptabilité au lycée Henri Meck à Molsheim, puis un BTS informatique de gestion au lycée René Cassin à Strasbourg. Je me suis dirigée vers l’informatique car mon premier choix ne me convenait pas.

YF : Est-ce que ces études étaient plutôt difficiles ?

SM : Non pas trop, sauf les cours de comptabilité car je n’avais pas accroché à cette matière.

PH : Depuis combien de temps exercez-vous ce métier ?

SM : J’exerce ce métier depuis 23 ans dont 17 ans chez Puma mon employeur actuel.

YF : Quels sont vos horaires de travail ?

SM : Les heures de travail de l’entreprise sont de 9 heures à 17 heures, mais dans mon domaine, s’il y a un problème informatique je peux déborder sur les horaires jusqu’à ce que tout soit réglé.

PH : Combien êtes-vous à faire ce métier ?

SM : Nous sommes neuf dans mon service. Il y a deux groupes, d’un côté six développeurs et de l’autre trois techniciens/administrateurs réseaux.

YF : Quels langages de programmation utilisez-vous ?

SM : J’utilise les langages Cobol et Windev pour la partie programmation, sinon comme logiciel j’utilise également Crystal Report pour des « reporting » et Sage en comptabilité….

PH : Quel est le matériel utilisé ?

SM : Nous avons des serveurs, des ordinateurs, des IPads, des imprimantes. Les ordinateurs sont assez puissants et renouvelés tous les 3 ans.

YF : Où se situe votre entreprise ?

SM : Mon entreprise se situe à Illkirch, c’est le siège de Puma France. La maison mère de Puma se situe en Allemagne.

PH : Combien gagnez-vous d’argent brut par mois ?

SM : (C’est plutôt personnel !) De nos jours, un informaticien débutant gagne entre 2000 et 2500 euros brut, mais ça dépend des entreprises.

YF : Y a-t-il des possibilités d’évolutions de carrière (promotions, formations) ?

SM : Oui, il y a des possibilités, on peut suivre différentes formations dans différents domaines. On peut passer de développeur à chef de projet junior, puis chef de projet senior.

PH : Travaillez-vous toujours en équipe ou parfois seul ?

SM : Cela dépend des projets.

YF : De nos jours, quelles études doit-on faire pour pratiquer ce métier ?

SM : Aujourd’hui, l’idéal c’est un bac +5, le dernier arrivé dans le service vient de faire « sup info ». Dans mon domaine, avec l’évolution des technologies, on est obligé de faire des formations fréquemment.

PH : Pouvez-vous nous donner une journée type de votre métier ?

SM : Il n’y a jamais deux jours identiques, parfois un serveur peut lâcher ou on peut perdre des données.

YF : Votre métier subit-il l’évolution technologique ? Si oui, quelles sont ses effets ?

SM : Oui, il subit une évolution, par exemple le logiciel de développement Windev qu’on utilise change de version chaque année et pour qu’il soit toujours sous maintenance (sous garantie) il faut régulièrement acheter les mises à jour. Il en est de même pour Windows, en 2017 nous allons passer de Windows 7 à Windows 10 et ensuite il faut s’assurer que le matériel soit toujours puissant.

Interview réalisée par Pierre Halm et Yohann Felder

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :