Entretien avec Gregory Marx, vétérinaire

Entretien avec Gregory Marx, vétérinaire.

Pourriez-vous vous présenter ?

– Je m’appelle Marx Gregory et je travaille à la clinique vétérinaire de Wasselonne, au 12 rue du général de Gaulle.

En quoi consiste votre métier ?

– Mon métier consiste entre autres à soigner les animaux : je suis à la fois leur médecin, leur pharmacien mais aussi leur chirurgien.

Trouvez-vous que votre métier est répétitif ?

– Non, il peut arriver qu’il y ait des urgences. On ne voit jamais les mêmes animaux et on ne doit jamais leur attribuer les mêmes traitements ou les mêmes opérations.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier en particulier ?

– Je rêve de faire ce métier depuis mes 5 ans car j’ai toujours aimé les animaux. Au delà de ça, j’ai voulu travailler dans un métier avec une base de social et de contact. Je mesure la place que prennent les animaux domestiques dans nos vies.

Pensez-vous qu’il y a certaines qualités à avoir pour ce métier ?

– Je pense que pour exercer ce métier il faut avoir énormément de patience avec les clients. Il faut également bien savoir parler aux gens, avoir le contact facile. Je pense que pour ce métier, en plus de capacités scientifiques, il faut une bonne base littéraire.

Comment définissez-vous votre métier ?

– Je dirai que ce métier est tout simplement beau mais surtout utile et unique grâce à la diversité des activités : deux vétérinaires n’auront pas le même parcours et le même vécu. Je pense exercer un métier aussi utile que les autres car je sauve des vies, même si ce sont celles des animaux.

Vos horaires sont-elles régulières ?

– Non, il y a souvent des urgences, des changements d’horaire, les clients qui annulent leur rendez-vous. Chaque jour est unique dans ce métier.

Quel est votre parcours pour arriver à ce métier ?

– J’ai passé un bac S, puis j’ai effectué deux ans de prépa, j’ai poursuivi par six ans d’école vétérinaire avant de pratiquer dans mon cabinet.

Quelle est votre ancienneté ?

– Je pratique ce métier depuis maintenant douze ans.

Vous arrive-t-il de vous déplacer pendant votre journée de travail ?

– Il m’arrive d’être mobile pour certaines urgences ou certains animaux qu’on ne peut pas déplacer jusqu’au cabinet, mais dans la plupart des cas je reste au cabinet et ce sont les patients qui se déplacent.

Interview réalisée par LUCIE KNOELLER et JULIA VINCENT de 3ème3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :