Dans ces tranchées, face à face ils restèrent

Avec des fusils comme dernier espoir
Et des canons visant ce mouroir
Et des tranchées pour se camoufler
Et des soldats torturés, épuisés
Avec ces barbelés aux dents aiguisées
Avec ce terrain tel un bourbier
Dans ces tranchées, face à face ils restèrent

Ici et là avec ces obus destructeurs
Ici et là avec ces roches perforés
Ici et là sur ces terrains dévastés
Les tranchées sombrèrent dans le malheur
Où ces soldats de la nuit avancèrent
Où ces soldats de la nuit sanglotèrent

Dans ces tranchées, face à face ils restèrent
Avec ces hommes que les obus engluèrent
Avec ces hommes que les gaz aveuglèrent
Avec ces hommes que les lance-flammes brûlèrent
Avec ces hommes que les grenades  hachèrent
Tour à tour perdus dans ce calvaire
Mordus par les rigueurs de l’hiver
Dans ces tranchées, face à face ils restèrent

Sur ce sommet vosgien, il est un lieu de refuge
Sur ce sommet vosgien, il est un lieu de paix
Avec les végétations flamboyantes plus de grabuge
Avec les végétations petites et grandes entremêlées
Avec ces vestiges, le paysage défile
Avec ces vestiges nos yeux se faufilent
Dans ces tranchées face à face ils restèrent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :