Atelier d’écriture sur le fantastique

Dans le cadre des cours de français de Madame Aline, les élèves de 4°2 se sont prêtés au jeu de l’écriture avec la professeur documentaliste, Madame Fréring.

L’expérience des limites

Souvenez-vous de cette histoire vraie qui s’est passée en 2014. Tout commença par un homme banal mais très maladroit. Il se rendait chaque jour dans une maison abandonnée, au milieu d’une forêt, sans âme qui vive. voici son histoire : il marchait dans la forêt pour se rendre dans cette soit-disant maison. Il avait du mal à aller dans cette maison car il n’arrêtait pas de trébucher sur des branches. Quand il arriva dans cette maison, il ne remarqua pas un trou dans le planché, en marchant dans ce trou qu’il n’avait pas vu, il se tordit la cheville, ce qui l’obligea à rester toute la nuit dans ce lieu hostile. En voulant sortir de cette maison en rampant il s’agrippa à un radiateur, et sous ce fameux radiateur se trouvait une trappe qu’il venait d’ouvrir, et tomba dedans. il remarqua qu’il se trouvait dans une pièce remplie de cadavres. L’homme maladroit en essayant de s’agripper pour marcher, il trébucha sur un « cadavre » mais celui-ci n’était pas tout à fait mort, il lui affligea un coup de couteau et il mourut.

Marie BAEHREL & Théo HALTER

Bizarre, Bizarre

Un matin, un petit garçon se réveilla. En se levant, il prit son petit déjeuner et monta dans sa chambre pour se préparer à sortir et prendre son bus qui le conduira à l’école. Sa mère l’appela pour le prévenir que son bus était arrivé. Il prit son bus et arriva à l’école. Une fois à l’école, il salua ses amis et joua avec eux. La sonnerie retentit et ils allèrent se ranger. Une fois arrivé dans la salle de classe, il sentit une légère douleur à la tête. Cette douleur s’accentua et il s’évanoui. Il se réveilla à l’infirmerie et se reposa quelques minutes. Une fois reposé il sortit de la pièce puis alla voir l’infirmière qui lui donna un médicament et retourna dans la salle de classe. Il alla voir la professeur et remarqua que celle-ci portait des ailes. Le garçon cru que la professeur s’était déguisée, puis se retourna vers ses camarades et vit qu’ils s’étaient transformés en elfs et certains en lutins avec des cornes. Le petit garçon prit peur et retourna chez lui. Une fois arrivé il remarqua que ses parents étaient normaux. Il décida de leur raconter ce qu’il venait de se passer et parti se coucher. Quand il se réveilla il remarqua que tout était redevenu normal.

Séléna FRIEDMAN & Cloé LANGLOIS

Les métamorphoses

Un jour comme tous les autres, un homme d’une vingtaine d’années habitait à Paris. Tout était normal, sa journée se passait bien, il s’était levé comme tous les jours, il était en train de se faire un café dans sa cuisine quand tout à coup il entendit un bruit comme si quelqu’un avait parlé. Il se retourna aussitôt puis il vit un animal mi chien mi lapin. L’homme se pinçât fortement pour être assuré que ce n’était pas un rêve, mais il ne se réveilla pas. Paniqué, l’homme couru jusqu’au salon, tous les meubles s’étaient transformés en un objet différent. Affolé l’homme sortit de sa maison car tous les objets de la maison s’étaient transformés pour ne former qu’un seul objet qui été un robot géant. Le robot poursuivit l’homme dans toute la ville. C’était une course poursuite jusqu’au moment où le robot tira sur l’homme puis il se réveilla…

STAUDINGER Anaïs

Les métamorphoses

L’histoire commence avec une jeune fille qui se nommait Lucie. Elle avait quinze ans. Un jour, en allant au collège elle prit le bus. En montant, elle regarda le chauffeur et vit qu’il avait deux petites bosses sur le front. Cela lui paru étrange mais n’y prêta pas plus d’attention. Une fois arrivée au collège, elle alla parler avec ses amies. Quand fût venue la pause de midi, elle mangea tranquillement mais quelques temps après elle ressentit des vertiges. Elle s’asseya alors sur un banc et attendit que ses vertiges se calment. Quand elle dû retourner en classe elle tomba mais se releva. Quand elle s’installa dans la classe elle posa sa tête dans ses bras et s’évanouie. En se réveillant, elle remarqua que la salle avait changée. Il y avait de l’herbe au sol, des lianes au mur, des souches de bois à la place des chaises, les tables étaient devenues des rochers. Le tableau en soleil. Elle décida de sortir de la pièce et alla dans la cour. Elle vit tous les élèves transformés. Quelques élèves étaient devenus minotaures, d’autres des elfs. Les professeurs étaient transformés en hiboux. Lucie pris d’angoisse courra pour sortir du collège mais fonça dans un arbre. Quand elle reprit connaissance tout était redevenu normal. Sauf qu’elle était encore dans la cour seule. Elle alla dans sa classe et vit quelques brindilles au sol et des brins d’herbe. Il y avait aussi des feuilles au sol. Lucie confuse se concentra sur son travail et rentra chez elle et ne pensa plus à cette journée très étrange.

Séléna FRIEDMAN & Cloé LANGLOIS

L’expérience des limites

Bonjour, je m’appelle John en ce moment. Pourquoi en ce moment? Car je suis schizophrène. J’ai trois personnalités. La première c’est celle-là. C’est John et c’est la vrai moi, le gentil, l’adorable l’extravertie… Ensuite il y a David. David est le timide, le solitaire. Puis il y a celui que j’aime le moins : Richard. Richard est tout le mal réunit en une seule personne, le diable la bête… Richard était une facette de moi, qui à la base était quelqu’un d’irritable, de naïf et de rancunier mais sans plus. Mais ce caractère désagréable a fait que mon entourage me rejetait, me haïssait, mes parents me battaient avec rage. Ce sentiment me noircissait de l’intérieur. Puis ce jour arriva où, pris d’une rage mortelle et décida de me débarrasser de tout ce qui me faisait du mal. Cette même nuit je partit dans la chambre de mes parents endormis avant de leur faire mes adieux, et, avec le pistolet de mon père leur tira une balle dans la tête à chacun avant de les cacher dans la buanderie. J’attendis le lendemain pour me débarrasser de , le mit à terre, l’emmena près de la rivière, le ligota et le lança dedans.

Malik-Théo FALL

Les métamorphoses

Il était une fois Mouchie, il avait 13 ans, deux sœurs Margarette et Ginète de 18 et 21 ans. Comme beaucoup d’autres enfants il aimait jouer et rester dans sa chambre. Un jour il avait joué plus de deux jours à la playstation. Ses parents Vénus et Germain n’étaient pas à la maison du coup il pouvait jouer autant qu’il voulait. Au bout du troisième jour sa sœur lui dit d’arrêter de jouer et de se reposer. Il avait bien entendu mais était trop sous l’effet d’une sorte d’hypnose sur le jeu. Sa sœur lui donna un somnifère pour qu’il dorme et elle le mit dans son lit. Il avait dormi treize heures. Il se réveilla, alla dans la salle de bain et regarda dans la glace. Mais dans la glace il vit le village des schtroumpfs. Il se posa des questions, il se retourna et vit une grande peluche rose vivante. Dans la chambre de sa sœur il y avait une reproduction de la première guerre mondiale. Il regarda aux WC, il y avait des chamallows vivants tout petits. Il voulu se nettoyer le visage avec de l’eau sauf qu’il y avait des ballons de football qui tombaient du robinet. Il alla dans sa chambre pour arrêter tout ce qu’il se passe. Il s’endormit dans sa chambre métamorphosée en plage. A mi-nuit il se réveilla et regarda toutes les pièces de la maison et tout était normal. Il pensait soit avoir fait un rêve soit sous l’effet du somnifère.

Baptiste BLAESS

Les métamorphoses

C’était l’histoire d’un homme, un soir il rentra chez lui et en ouvrant la porte, sa maison s’était transformée en jungle. Il fit tomber son sac de surprise, il entra, ses rideaux s’étaient transformés en branches d’arbres, le savon en panthère, les meubles en pierres, la baignoire en rivière. Sa maison était donc devenue immense, l’homme commença à marcher, puis il tomba nez à nez avec un tigre. Celui-ci se mit à parler, le tigre lui dit que l’homme était le roi de cette belle jungle. Les singes emportèrent l’homme, ils le déposèrent sur un trône fait en pierre, l’homme se fit couvrir de bonne nourriture et de cadeaux. Le lendemain, l’homme se promena et tomba sur un serpent, celui-ci lui dit que cette vie parfaite ne durera pas. L’homme repartit et ne cru pas le serpent. Quelques minutes plus tard l’homme trébucha et se cogna la tête contre une pierre, il s’évanouit et quand il se réveilla toute la jungle avait disparue.

Eva GAUSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :